Expansion osseuse

Accueil / Expansion osseuse

De nombreuses techniques d’augmentation osseuse, à la fois verticale et horizontale, existent. Les greffes osseuses, autogènes ou avec utilisation de biomatériaux et la régénération osseuse guidée avec mise en place de membranes sont fréquemment utilisées. Les techniques d’expansion, de distraction ou d’ostéotomies osseuses sont des alternatives intéressantes aux greffes et aux ROG. Dans certains cas, une combinaison de différents types de traitements sur un même site permet de trouver une réponse crédible et prévisible aux déficits osseux à gérer.

L’expansion osseuse avec implant 

L ’implantologie moderne est devenue une pratique courante. Les connaissances dans ce domaine sont de plus en plus vastes. Les propriétés de biocompatibilité et d’ostéo-intégration du titane font aujourd’hui partie des données acquises de la science. Des protocoles et de nombreuses techniques chirurgicales ont été mises au point depuis des années pour obtenir des résultats reproductibles approchant les 100 % de succès. L’implantologie fait désormais partie de l’arsenal thérapeutique en odonto-stomatologie. Le champ des indications s’est considérablement étendu ces vingt dernières années grâce à la mise au point de nouveaux matériels et de nouvelles techniques chirurgicales. L’état de surface des implants a évolué au cours des années permettant une ostéo-intégration plus rapide du titane. Mais aussi la forme des implants a été modifiée dans le but d’augmenter les performances. Pour insérer des implants chez un patient qui présente un déficit en épaisseur, il existe deux principales méthodes : l’expansion osseuse ou l’utilisation préalable des greffes. La méthode la plus pratiquée est la greffe osseuse.

Elle permet d’augmenter l’épaisseur par apposition de greffons stabilisés par des vis d’ostéosynthèse. Cette technique demande beaucoup plus de temps. Il faut attendre l’intégration des greffons avant de pouvoir insérer les implants. De plus, il faut intervenir sur un deuxième site chirurgical pour réaliser le prélèvement. Ces inconvénients des greffes osseuses ne se retrouvent pas si on utilise la technique de l’expansion osseuse. Avec l’expansion osseuse, nous exploitons le volume osseux tel qu’il est au début des examens. Nous réalisons simplement un clivage de l’os en deux parties et nous plaçons les implants dans l’ostéotomie ainsi obtenue.

L’expansion osseuse est une technique assez difficile. Elle nécessite une certaine dextérité et la possession de matériel. Elle n’a pas toujours été pratiquée dans des conditions de sécurité optimum. Auparavant, cette intervention pouvait être réalisée à l’aide de disques montés sur pièce à main pour l’ostéotomie de clivage de la crête osseuse et d’expanseurs à impaction pour la préparation des sites implantaires. Aujourd’hui cette technique est plus sûre grâce à l’utilisation des expanseurs coniques, du ciseau à os droit, et surtout du piézotome. De plus l’évolution de la forme des implants a considérablement amélioré cette technique. L’utilisation d’implants coniques à apex pointu comme le « Shark » est préférable pour éviter les contraintes osseuses.

Lors de l’insertion de l’implant dans un site préparé grâce aux expanseurs, une fissure de la corticale peut apparaître contre l’implant. Plus le praticien visse l’implant et plus la fissure s’agrandit. Le tissu osseux étant un tissu dur, l’expansion osseuse a ses limites. Le profil de l’implant joue un rôle primordial pour limiter l’apparition de ces fissures.

Important à retenir

La cicatrisation ou consolidation des fractures osseuses est un phénomène physiologique complexe particulier. Contrairement aux autres tissus, un processus de régénération a lieu, durant lequel un tissu osseux est néoformé, identique au tissu d’origine, sans engendrer une cicatrice fibreuse. L’os fracturé retrouve ainsi dans une large mesure sa structure et ses propriétés d’origine, même si la restauration complète de l’anatomie osseuse ne survient que chez l’enfant.

La cicatrisation osseuse dépend de 3 facteurs :

  • la présence de cellules appropriées. Ces cellules peuvent être déjà présentes sur le site ou vont devoir être recrutées
  • la nutrition de ces cellules (vascularisation)
  • la présence de stimuli pour l’activation de ces cellules.