Mobilité dentaire

Accueil / Mobilité dentaire

La mobilité dentaire se rapporte à l’aspect mobile des dents, qui connaît des degrés différents. Les dents sont naturellement mobiles, c’est-à-dire qu’elles bougent même en l’absence de toute maladie mais cette mobilité naturelle n’est pas perceptible à l’œil nu. Cependant, les dents peuvent connaître une mobilité plus grande lorsqu’elles sont atteintes de certaines maladies ou se fracturent. Dans tous les cas, il sera nécessaire de consulter un dentiste pour bénéficier d’un traitement adéquat.

DEGRÉS DE MOBILITÉ

Il existe deux types de classification de la mobilité dentaire :

La classification de MUHELMANN

Elle comporte 4 degrés de mobilité :

Mobilité 1 : mobilité physiologique naturelle, perceptible par les doigts (moins de 1 mm)

Mobilité 2 : mobilité horizontale perceptible par les doigts et visible à l’œil nu (= 1 mm)

Mobilité 3 : mobilité horizontale visible à l’œil et supérieure à 1 mm

Mobilité 4 : grande mobilité horizontale et verticale et la dent s’enfonce dans l’alvéole visiblement

La classification des LINDH

Elle comporte 3 degrés de mobilité :

Mobilité 1 : mobilité horizontale naturelle de la dent (0,2 – 1 mm)

Mobilité 2 : mobilité horizontale égale à 1 mm

Mobilité 3 : mobilité horizontale et verticale supérieure à 1 mm

CAUSES DE LA MOBILITE DENTAIRE

Une mobilité dentaire peut être due à plusieurs facteurs :

Rupture du ligament alvéolo-dentaire

Le ligament alvéolo-dentaire, qui relie la dent à la mâchoire, peut être rompu suite à un accident ou à un traumatisme. Lorsque ce ligament est rompu, la dent n’est plus reliée à l’os maxillaire et bouge.

La parodontite

Une inflammation de la gencive peut également affecter le ligament parodontal et causer une mobilité dentaire pathologique. La parodontite détruit en effet la fixation de la dent à l’os et celle-ci bouge beaucoup. Plus l’inflammation est importante, moins la dent sera retenue à la gencive.

TRAITEMENT

Contention

Lorsqu’il s’agit d’une mobilité survenue après un accident ou une fracture, la rupture des ligaments peut être réparée grâce à un plâtrage ou des ligatures. Cela permet de refixer la dent mobile à l’os alvéolaire et donc de retrouver l’état de mobilité naturelle de la dent.

Traitement parodontal

Lorsqu’il s’agit d’une mobilité due à une maladie parodontale, le traitement clinique de cette pathologie est nécessaire pour réduire la mobilité. Il est nécessaire de consulter un dentiste pour trouver le traitement adéquat de la maladie. Cependant, l’infection peut être combattue à l’aide :

  • D’antibiotiques : ils peuvent réduire la nocivité des bactéries installées sous la dent
  • De bains de bouche : ils peuvent compléter le brossage des dents mais pas le remplacer
  • D’une intervention chirurgicale : elle peut être nécessaire pour nettoyer la gencive
  • D’un nettoyage complet : il peut être réalisé par le dentiste à l’aide d’un matériel spécifique permettant d’éliminer le tartre qui se trouve sur les dents ou leurs racines, ce qui arrêtera la progression des bactéries. La gencive pourra ainsi adhérer à nouveau aux dents déchaussées.
  • D’une meilleure hygiène bucco-dentaire : elle reste le meilleur moyen de lutter contre la mobilité dentaire, même après un traitement médical ou une intervention chirurgicale.